Guillaume Piedboeuf / Le Soleil :

(Québec) Le chemin aménagé sans autorisation dans une zone agricole des terres des Soeurs de la Charité, propriété du Groupe Dallaire, était nécessaire pour la sécurité des religieuses et ne sera utilisé qu’en cas d’urgence, ont plaidé, mardi, les avocats de la communauté religieuse devant la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ). Le Groupe Dallaire et les Soeurs de la Charité comparaissaient en préavis d’ordonnance devant la CPTAQ, mardi matin, concernant un chemin litigieux ayant été aménagé en 2015 pour relier la maison généraliste des Soeurs à l’avenue Saint-Samuel par la rue Aubert, dans le secteur de Beauport. Ce sont les avocats de ces dernières qui ont pris la parole devant la commissaire Diane Montour, car même si le Groupe Dallaire possède le terrain depuis le 11 décembre 2014, le chemin a été aménagé par la communauté religieuse en vertu de leur droit de servitude.

Lire sur Le Soleil

ICI Radio-Canada : Refus d’un dézonage pour Soucy international de Drummondville