Vincent Larouche / La Presse :

L’ombre d’un saccage environnemental à grande échelle plane sur des chantiers de construction du grand Montréal. Les autorités québécoises soupçonnent une importante firme de décontamination d’avoir empoché des millions en faisant disparaître illégalement dans la nature des milliers de tonnes de terre contaminée et des produits toxiques, a appris La Presse.

Une enquête criminelle de la Sûreté du Québec (SQ) est en cours, menée par la Division des enquêtes sur l’infiltration de l’économie, avec l’aide d’experts des ministères du Revenu et de l’Environnement. Mais la police refuse de discuter des détails de l’affaire. «Vous le savez, on ne commente pas les enquêtes en cours», a indiqué le capitaine Guy Lapointe.

Au terme d’entrevues menées depuis octobre avec une douzaine de sources issues de l’industrie, de groupes environnementaux, d’agences chargées de faire appliquer la loi et du monde municipal, La Presse a pu retracer l’histoire de ce nouvel acteur qui s’est accaparé une partie importante de la gestion des sols contaminés dans la région depuis deux ans : Gestion OFA Environnement, dont l’acronyme signifie «Opportunité, Fiabilité, Avenir».

Lire sur La Presse

Ajout :

98,5 FM : «La gestion de tout ce qui est toxique attire les milieux criminalisés»