Monica Lalancette / Québec Hebdo :

RÉACTION. Le projet de service rapide par bus (SRB) est « l’épine dorsale » qu’il manque pour structurer le transport en commun à Québec, croit le maire Régis Labeaume.

Loin d’être en perte de vitesse comme le porte à croire le plafonnement de l’achalandage du Réseau de transport de la Capitale (RTC) depuis trois ans, le maire de Québec croit que la plus grande diversité d’utilisateurs que connaît le Réseau est prometteuse. « On a un transfert qui est en train de se faire. On a eu une diminution de 3% l’an passé et là, c’est moins de 1%, alors la diminution est en train de se juguler. Avec « 27% de nouveaux clients depuis 5 ans qui prennent l’autobus au moins une fois par mois, c’est majeur, croit-il, et 62% de tous les usagers du transport en commun possèdent des voitures : moi je pense que le signal est très clair. »

Lire sur le Québec Hebdo

Le projet du SRB dans une mauvaise posture, dit l’opposition

Stéphanie Martin / Le Journal de Québec :

L’opposition s’inquiète de la baisse d’achalandage au RTC et estime que la solution prônée par le maire, le SRB, fonce droit dans le mur.

«C’est un projet qui semble traîner la patte, qui ne suscite pas du tout l’adhésion. Le SRB, il n’y a personne qui en veut sauf le maire Labeaume. (…) C’est un projet qui semble fragile.»
Au terme de la présentation du budget et du plan d’investissement du Réseau de transport de la capitale (RTC), la chef de l’opposition, Anne Guérette, a dressé un bilan de l’évolution du service.

«L’achalandage (du RTC) est en baisse. Les heures sont en baisse, les coûts sont en hausse et on nous dit qu’on ne peut rien faire pour améliorer tout ça mais qu’on est en attente du réseau structurant» du service rapide par bus (SRB).

Lire sur Le Journal de Québec