Florence Sara G. Ferraris / Le Devoir :

Le projet de Réseau électrique métropolitain proposé par la Caisse de dépôt et placement est, de par son étendue et la technologie qu’il emploiera, le plus important — et imposant — projet de transport des dernières décennies dans le Grand Montréal. Mais malgré ces idées de grandeur évidentes, le REM a-t-il un réel potentiel structurant pour la région métropolitaine ? Pistes de réflexion. Le train électrique de la Caisse de dépôt et placement du Québec pourrait devenir une véritable « colonne vertébrale » pour le transport collectif à Montréal, mais pour y parvenir, la Caisse devra rapidement entamer une réelle réflexion sur l’intégration de son futur réseau au territoire de la région métropolitaine. Il s’agit là d’une condition sine qua non pour que le projet de REM soit structurant, soulignent d’une même voix les experts interrogés par Le Devoir en marge de la seconde série de rencontres du Bureau d’audiences publiques en environnement qui se tenait cette semaine. (…)

Mais là où le bât blesse, c’est lorsqu’on se penche sur la manière dont le futur train électrique automatisé s’arrimera à ce qui existe déjà. « Un projet ambitieux n’est pas structurant par la force des choses. Ce n’est pas une vertu, soutient Florence Paulhiac Scherrer, titulaire de la Chaire de recherche-innovation en stratégies intégrées transport-urbanisme (In. SITU) à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Pour y arriver, il faut faire preuve d’anticipation. Il faut avoir une réelle réflexion à l’échelle régionale, tant sur la manière dont le réseau s’articule que sur les impacts qu’il aura sur ce qui est déjà présent sur le territoire. » Dans le cas du REM, rien n’indique clairement, à l’heure actuelle, que pareil travail s’est fait en amont, et ce, même si la Caisse insiste sur le fait qu’elle oeuvre dorénavant en partenariat avec les municipalités et les sociétés de transport pour régler, notamment, toute la question de la desserte des usagers vers ses futures stations.

Lire sur Le Devoir