Alexandre Shields / Le Devoir :

Les subventions publiques aux entreprises pétrolières et gazières du Canada ont atteint 3,3 milliards de dollars l’an dernier, et ces mesures nuisent aux efforts de tarification du carbone mis de l’avant pour lutter contre les changements climatiques. C’est ce que conclut un rapport publié mardi par des groupes environnementaux, dont Équiterre.

canada-subvention-energie-fossile_pf

Le document souligne ainsi que le gouvernement fédéral et ceux des provinces offrent différentes formes de soutien financier à l’industrie des énergies fossiles, dont divers crédits d’impôts, des réductions de redevances et des aides pour les projets d’exploration et d’exploitation.

En combinant l’ensemble des mesures, l’étude en vient à une « estimation prudente » de 3,3 milliards de dollars, et ce, uniquement pour l’année 2015. Selon les calculs des groupes environnementaux, ce montant équivaut au financement de plus de 44 000 lits supplémentaires dans les hôpitaux du pays. (…)

Pendant la campagne électorale de l’an dernier, les libéraux de Justin Trudeau s’étaient engagés à éliminer les subventions directes à l’industrie. Mais en raison des difficultés que connaît actuellement le secteur pétrolier et gazier au Canada, le gouvernement fédéral promet maintenant de respecter sa promesse « à moyen terme », soit possiblement d’ici 2025.

Lire sur Le Devoir

Lire le rapport

Communiqué : Les subventions aux énergies fossiles minent la tarification carbone au Canada

Les subventions aux énergies fossiles vont contrecarrer le prix sur le carbone

La Presse Canadienne :

Dans le rapport signé notamment par Équiterre et Environmental Defence, on estime que ces subventions stimulent la production de combustibles fossiles à hauteur de 19 $ la tonne de carbone.

Ces subventions auront pour effet de contrecarrer la tarification du carbone, annoncée avec enthousiasme au début d’octobre par Justin Trudeau, selon ces groupes. À partir de 2018, Ottawa imposera aux provinces et territoires un prix minimal de 10 $ la tonne de CO2. La taxe grimpera de 10 $ par an pour atteindre 50 $ la tonne en 2022. Le Québec, qui a son marché du carbone, ne sera pas touché par cette politique.

Selon les écologistes, subventionner les pétrolières tout en imposant un prix sur le carbone est illogique. C’est «l’équivalent de taxer les consommateurs lorsqu’ils achètent des cigarettes, tout en accordant d’énormes allégements fiscaux aux sociétés productrices de tabac, les encourageant à fabriquer plus de cigarettes», peut-on lire dans le document.

«C’est essentiel qu’on ait un système fiscal qui est cohérent sur la façon dont on traite l’industrie du gaz et du pétrole au Canada», a insisté en entrevue Annie Bérubé, d’Équiterre.

Lire sur La Presse