Chantale Desbiens / ICI Radio-Canada :

Les représentants de l’organisme Riverains lac Saint-Jean 2000 ont rencontré les responsables du programme de stabilisation des berges de Rio Tinto pour en savoir plus sur les intentions de la compagnie concernant la gestion des baux de villégiature. La semaine dernière, Rio Tinto a évoqué la possibilité de faire payer les riverains pour les terrains qu’ils occupent, soit en les louant ou en les vendant. L’entreprise évalue la valeur foncière des terrains à 70 millions de dollars. Elle ne tire actuellement aucun revenu de la partie des terres qu’elle loue. Rio Tinto estime se priver en moyenne de 4500 $ par an pour chaque bail.

Lire sur ICI Radio-Canada

Ajout : 

Rio Tinto invite les riverains du lac Saint-Jean à faire partie de la solution

La multinationale Rio Tinto invite les riverains du lac Saint-Jean détenteurs d’un bail de location avec la compagnie, à faire partie d’un comité de réflexion qui serait aussi formé d’élus et d’experts. Dans une lettre adressée aux riverains, dont Radio-Canada a obtenu copie, le directeur du programme de stabilisation des berges, Jean Pedneault, affirme que Rio Tinto réévalue actuellement sa manière de gérer toutes ses immobilisations, y compris ses terrains autour du lac Saint-Jean.

Lire sur ICI Radio-Canada

Gestion du lac Saint-Jean : Québec doit intervenir selon le maire Lawrence Potvin

ICI Radio-Canada :

Le maire de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix demande au gouvernement du Québec d’intervenir dans le dossier des baux de villégiature autour du lac Saint-Jean. Lawrence Potvin se réjouit de l’ouverture au dialogue démontrée par Rio Tinto. La multinationale a fait parvenir une lettre aux riverains, les invitant à participer à un comité de consultation.

Il y a une volonté de dialogue. On verra quel est le niveau de dialogue entre les parties.

– Lawrence Potvin, maire de Métabetchouan-Lac-à-la-croix

Il croit cependant que le gouvernement du Québec doit faire partie de la discussion. Il rappelle que c’est lui qui a donné à Alcan le droit d’utiliser le lac Saint-Jean comme un réservoir dans les années 1920.

Lire sur ICI Radio-Canada