AP :

La Terre a établi un troisième record de chaleur de suite en 2016, ont annoncé mercredi des scientifiques du gouvernement américain qui blâment principalement le réchauffement climatique et le phénomène météorologique El Nino, qui s’est maintenant dissipé.

Deux agences fédérales américaines, la NASA et la NOAA, ont annoncé qu’il a fait encore plus chaud en 2016 qu’en 2015.

NOAA a calculé une température mondiale moyenne de 14,84 degrés Celsius, dépassant de 0,04 degré Celsius le record précédent.

Les données de la NASA, qui incluent davantage de mesures dans l’Arctique, révèlent qu’il a fait 0,22 degré Celsius de plus en 2016, comparativement à 2015.

Lire sur ICI Radio-Canada

Record de chaleur sur Terre en 2016

AFP :

(…) Depuis le début du XXIe siècle, la planète a enregistré cinq années de chaleur record, en 2005, 2010, 2014, 2015 et 2016.

«Même si on ne prend pas en compte le réchauffement dû à l’influence d’El Nino, 2016 reste l’année la plus chaude de l’histoire moderne», pointe le professeur Piers Forster, directeur du Centre international Priestley pour le climat à l’Université de Leeds, aux Royaume-Uni.

Selon lui, «2017 sera probablement moins chaude mais je m’attends encore à de nouveaux records de montée du mercure sur la planète d’ici quelques années».

Lire sur TVA Nouvelles

2016, année la plus chaude de l’histoire moderne

Théodore Doucet / Météomédia :

(…) Pour le météorologue en chef de MétéoMédia, André Monette, la tendance ne risque pas de changer de sens : « 2017 s’annonce également comme une année très chaude, il n’y a aucune indication d’une prochaine inversion, ni pour cette année, ni pour les suivantes. »

La fonte de la banquise est une des conséquences directes de ces chaleurs. L’an passé, l’Arctique a ainsi battu tous ses records mensuels de chaleur depuis que les premiers instruments de mesure ont été installés dans la région, en 1900. En novembre dernier, la banquise avait perdu près de 2 millions de km2 de surface gelée par rapport à la moyenne de 1981 à 2010 : c’est plus que la superficie du Québec.

Lire sur Météomédia

Changements climatiques: plus de douceur au Nord

AFP :

L’Europe du Nord, le Canada et la Russie connaîtront des hivers plus doux d’ici à la fin du siècle mais, d’une façon générale, les journées clémentes se feront plus rares dans le monde, selon une étude publiée mercredi.

Des chercheurs américains ont calculé qu’il y aurait, en moyenne, quatre jours doux en moins par an à l’échelle mondiale d’ici 2035, 10 d’ici 2100. Mais il y aura de grandes différences régionales, selon les chercheurs de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) et de l’Université de Princeton.

«Les plus fortes baisses concernent les régions tropicales et subtropicales alors que les latitudes moyennes devraient voir une légère augmentation», ont-ils écrit dans le journal Climatic Change.

Lire sur La Presse