Francine Allard – Écrivaine vivant à Oka / Opinion, Le Devoir :

La population okoise touchée a voté à 62 % contre l’exploitation de la mine par la NIOCAN qui est toujours propriétaire des lieux. La mémoire trop courte de certains ingénieurs miniers fait que mes concitoyens et moi sommes de nouveau aux prises avec cet enjeu que je qualifie de destructeur : Eco-Niobium, une autre compagnie minière, récemment constituée (2015), a convaincu le conseil municipal d’Oka et le chef du territoire mohawk de Kanesatake, à force de promesses pour la population de chacun des camps, de laisser ses exploiteurs miniers reprendre les travaux. Transport lourd, dynamitage, empoisonnement ou assèchement des nappes phréatiques, réveil de matières dangereuses, sans parler du réveil des cauchemars anciens.

Lire sur Le Devoir

Groupe Facebook : Contre la mine de Niobium à Oka

Dossier de la municipalité d’Oka : Projet d’exploitation minière Éco-Niobium

Le Quotidien : Mine de niobium à Oka : projet dénoncé

TVA Nouvelles : Investissements de 135 millions $ et jusqu’à 300 emplois créés