Normand Beaudet, Blainville / Opinion, Le Devoir :

La municipalité qui a fait face au déversement de pétrole de Lac-Mégantic dit « NON » à TransCanada ! Quelques jours après la catastrophe pétrolière, la ville a dépensé quatre millions pour concevoir une voie d’approvisionnement alternative en eau brute pour 50 000 de ses citoyens. Jamais les entreprises ferroviaires ou le propriétaire du pétrole n’ont offert de payer la note. La municipalité ne puisait l’eau que dans la rivière Chaudière, elle rendit l’approvisionnement alternatif par la rivière Beaurivage permanent. Les travaux sont toujours en cours, cinq millions seront encore déboursés par les contribuables. Les opérateurs privés, eux, sont trop occupés à empocher les profits du transport pétrolier.

Lire sur Le Devoir