François Bourque / Le Soleil :

(Québec) CHRONIQUE / L’attractivité du futur train à grande fréquence (TGF) entre Québec et Montréal risque d’être compromise si le train ne se rend pas au centre-ville de Montréal.

Du coup, c’est la viabilité du tronçon Québec-Montréal qui pourrait être menacée.

Rien de bien nouveau pour qui a suivi depuis les années 60 le feuilleton des projets de trains dans le corridor Québec-Windsor.

Le tronçon Québec-Montréal y a toujours été à la frange, tantôt inclus, tantôt exclu, au gré des changements de gouvernement.

Sentant le tronçon à nouveau menacé, le maire Labeaume annonce qu’il va s’en mêler, reprenant là où Jean Pelletier et Jean-Paul L’Allier avaient laissé.

Jusqu’à cet automne, VIA Rail insistait pour conduire les voyageurs de Québec jusqu’à la gare Centrale de Montréal, ce qui tombait sous le sens.

On allait ainsi relier les centres-villes en deux heures dix minutes plutôt qu’en trois heures vingt.

Ce scénario est désormais compromis par le projet de train électrique de la Caisse de dépôt qui exige l’exclusivité dans le tunnel ferroviaire du mont Royal.

La Caisse invoque une «impossibilité technique» à partager le tunnel. La fréquence trop rapide du train électrique (1 min 30 à 3 min) empêcherait d’insérer des trains de VIA Rail.

Lire sur Le Soleil