Annie Morin / Le Soleil :

(Québec) Si les passagers du train à grande fréquence (TGF) au départ de Québec sont contraints à une correspondance pour gagner le centre-ville de Montréal, il faudrait qu’ils puissent passer directement d’un train à l’autre pour minimiser le temps de parcours et les désagréments, soumet le président et chef de la direction de VIA Rail.

«Chaque fois que vous devez faire des transbordements ou des changements de mode de transport, il y a des gens qui décident de prendre leur voiture. Ça, c’est une certitude. À quel degré? On n’a aucune idée, mais on est confiant qu’il y a plus de monde qui vont décider de prendre le train» à haute fréquence malgré la correspondance, explique Yves Desjardins-Siciliano en entrevue téléphonique au Soleil. (…)

Le président de VIA Rail se défend d’avoir changé son fusil d’épaule devant le BAPE. Son organisation réclamait cet été l’accès au tunnel du mont Royal, mettant de l’avant la possibilité d’opérer simultanément les trains lourds et légers.

Lire sur Le Soleil

Confusion autour du train à grande fréquence

Annie Morin / Le Soleil :

(Québec) L’absence du mot Québec dans la transcription d’un important discours du ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, a causé de l’émoi dans la capitale québécoise jeudi. Le texte donnait l’impression que Québec était écartée du tracé du train à grande fréquence (TGF) planifié par VIA Rail.

«Notre objectif est de rehausser l’expérience des voyageurs canadiens. Notre gouvernement se penche également sur le service ferroviaire à haute fréquence pour les voyageurs entre Montréal, Ottawa et Toronto», pouvait-on lire jeudi après-midi dans les notes d’allocution du ministre Garneau publiées sur le site Web de Transports Canada. Celui-ci présentait le matin à Montréal sa vision de l’avenir du réseau de transport du Canada, baptisée Transports 2030.

Lire sur Le Soleil