François Desjardins / Le Devoir :

Il est nettement trop tôt pour discuter publiquement du rendement que pourrait générer le projet du Réseau électrique métropolitain (REM), affirme le président de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Michael Sabia.

En marge d’un discours à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, où il a vanté les mérites de ce projet de système léger sur rail, M. Sabia a dit que des négociations sont en cours et que plusieurs éléments doivent encore tomber en place.

Se disant « très à l’aise » à l’égard de la rentabilité du projet, M. Sabia a dit que la Caisse de dépôt a « toutes sortes » de modèles. « Mais nous ne pouvons pas, pour l’instant, parler publiquement de la question du rendement. Nous avons du travail à faire avec le gouvernement du Québec et celui du Canada. Et ces négociations auront un impact sur la rentabilité et le niveau de rendement. »

La Caisse, qui prévoit la mise en service des premières rames du train en 2020, estime l’investissement total à 5,9 milliards. De ce montant, elle contribuerait 3,1 milliards, le reste provenant de Montréal (dans une moindre mesure), Québec et Ottawa. Présenté en avril 2016, le REM, une fois achevé, compterait 27 stations et 67 kilomètres de voie ferroviaire.

« Mais nous avons dit publiquement dès le départ qu’au bon moment nous rendrons public le rendement, et nous allons demander à un vérificateur externe de vérifier et valider le rendement », a ajouté M. Sabia. « Nous allons continuer d’agir en pleine transparence. »

Lire sur Le Devoir

REM: trop tôt pour estimer le rendement, dit Sabia

Stéphane Rolland / Les Affaires :

(…) Dans son allocution, Michael Sabia a vanté les mérites du REM, mais le dirigeant s’est dit ouvert à des ajustements afin d’améliorer le projet. «Nous sommes évidemment convaincus que le REM est un projet d’une valeur exceptionnelle pour la région de Montréal, pour la Caisse, et pour tous les Québécois, a-t-il déclaré. Mais est-ce qu’il peut être amélioré? Absolument. »

Il a donné l’exemple de la protection des terres agricoles, une des critiques qu’avait formulées le BAPE à l’endroit du projet. «Nous sommes sensibles à l’enjeu de l’étalement urbain dans la région de Montréal, poursuit-il. Mais nous croyons aussi qu’il y a moyen de concilier la protection du territoire agricole avec le maintien de la station Rive-Sud dans son emplacement optimal. La Caisse s’engage donc à ce qu’il y ait plus de terres agricoles au moment de la mise en service du REM qu’aujourd’hui – et non pas moins. »

Lire sur Les Affaires

La Presse : Michael Sabia défend le projet de Réseau électrique métropolitain

TVA Nouvelles : Le REM viendrait renflouer le bas de laine des Québécois

TVA Nouvelles : Des arbres pour compenser la construction du REM

Communiqué : 250 000 arbres plantés grâce à la Caisse de dépôt et placement du Québec : L’objectif de planter 375 000 arbres pour le 375e est atteint

REM : les négociations avec Québec et Ottawa auront un effet, dit Sabia

La Presse canadienne :

L’issue des pourparlers avec Québec et Ottawa va influencer le rendement du Réseau électrique métropolitain (REM), affirme le grand patron de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), Michael Sabia, qui s’est toutefois gardé de négocier sur la place publique avec les deux ordres de gouvernement.

« Pour l’instant, je ne peux pas parler du rendement parce que nous avons encore du travail à faire, […] mais ces négociations auront un impact », a dit M. Sabia, mercredi, en marge d’une allocution devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Il s’est alors affairé à réaffirmer la pertinence de ce mégaprojet, dont la facture est maintenant estimée à 5,9 milliards de dollars.

Il a dit que le rendement serait dévoilé au « bon moment » et qu’un vérificateur externe sera chargé de valider l’information.

Lire sur ICI Radio-Canada