Bruno Bisson / La Presse :

La construction en zone agricole de la station terminale du Réseau électrique métropolitain (REM), sur la Rive-Sud de Montréal, soulève des réserves importantes de la part d’au moins deux ministères québécois, selon des documents déposés au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) estime d’abord «que le projet aura des impacts significatifs négatifs sur la pérennité du territoire agricole et sur le développement d’activités agricoles dans le secteur environnant la station terminale», prévue à l’intersection des autoroutes 10 et 30, à Brossard, au sud du centre commercial DIX30. Le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) vient par ailleurs de décider, il y a moins d’un mois, de rejeter le schéma d’aménagement proposé par l’agglomération de Longueuil, ordonnant notamment à celle-ci «de ne pas permettre les nouvelles infrastructures routières ou ferroviaires et l’extension des réseaux d’aqueduc et d’égout en zone agricole». Or, même si l’opinion du MAMOT ne concerne pas spécifiquement le projet du REM, c’est précisément ce que prévoit ce mégaprojet de transports en commun de 5,5 milliards proposé par une filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec, CDPQ Infra.

Lire sur La Presse