Bruno Bisson / La Presse :

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) va ériger un « mur » entre ses équipes responsables des investissements et celles de sa filiale CDPQ Infra afin de prévenir toute fuite d’informations pouvant entacher l’attribution des contrats pour la construction et le matériel roulant du futur Réseau électrique métropolitain (REM).

Revue de presse sur le rejet du BAPE
Découvrez tous nos articles sur le train de la Caisse

Un comité indépendant formé de trois personnes qui n’ont pas de liens avec la Caisse, dont une ancienne juge de la Cour suprême du Canada, supervisera le processus d’attribution de ces contrats qui pourraient totaliser jusqu’à 5,5 milliards, soit le coût estimé du réseau de train électrique de 67 kilomètres proposé par CDPQ Infra.

Cinq entreprises ou consortiums industriels ont été sélectionnés, l’automne dernier, pour présenter des propositions en vue de l’obtention des deux contrats principaux du projet.

Groupe NouvLR et Kiewit-Eurovia sont les deux consortiums en lice pour obtenir le contrat d’ingénierie, approvisionnement et construction du futur réseau, estimé à environ 4 milliards.

Lire sur La Presse