Marie Christine Trottier / Le Journal de Montréal :

L’arrivée du train électrique de la Caisse de dépôt pourrait entraîner une hausse des tarifs du transport en commun et ainsi rajouter 150 000 voitures sur la route, croient des opposants au projet.

C’est du moins ce qu’affirment Jean-François Lefebvre, économiste et chargé de cours à l’UQAM, et Luc Gagnon, chargé de cours en développement durable à l’ETS, dans une analyse publiée aujourd’hui pour le compte de la Coalition Trainsparence.

En se basant sur des chiffres dévoilés par La Presse le 1er février dernier, les deux chargés de cours estiment que les usagers du transport en commun pourraient payer des tarifs beaucoup plus élevés qu’actuellement puisque leur contribution pourrait augmenter de 20% à 33%.

«On parle d’une hypothèse maximale. Mais ce qu’il faut retenir, c’est que toute hausse de tarif va avoir un impact sur le nombre d’utilisateurs et de voitures», souligne M. Lefebvre, qui rappelle que «les utilisateurs du transport en commun ne sont pas une clientèle captive».

Pour lui, il faudrait qu’il n’y ait aucune hausse de tarif pour s’assurer de ne pas décourager les utilisateurs du transport en commun.

Lire sur Le Journal de Montréal 

Le Journal de Montréal : Des ascenseurs promis sans financement confirmé