Marie Christine Trottier / Agence QMI :

L’Institut de recherches et d’informations socioéconomiques (IRIS) estime que des infrastructures publiques de transport en commun seront «vendues à rabais» au profit du projet de train électrique de la Caisse de dépôt.

«Depuis 20 ans, on a déjà dépensé 787 millions $ dans les différents actifs qui vont appartenir à la Caisse de dépôt, a déploré Bertrand Schepper, chercheur à l’IRIS et auteur d’une note publiée jeudi. Le projet ne serait pas rentable si la Caisse n’achetait pas ces actifs-là à bas prix, donc pour nous c’est une privatisation à rabais.»

Il illustre notamment cette «privatisation» avec l’achat et la conversion du tunnel du Mont-Royal pour y faire circuler exclusivement les trains du REM.

Lignes affectées

Ces achats risquent ainsi de «démanteler» le réseau actuel de trains de banlieue, poursuit le chercheur.

«La partie [de la ligne Mascouche] qui va du nord-est vers le centre-ville va appartenir à la Caisse, a souligné M. Schepper. On a inauguré [cette ligne] en 2014 au coût de 700 millions $. Les gens qui partent de Mascouche vont devoir arrêter à la station de l’autoroute 40 et faire un transfert.»

Lire sur TVA Nouvelles

Le Devoir : L’IRIS craint une privatisation du transport en commun