Mathias Marchal / Journal Métro :

Les «oui, mais» se succèdent aux audiences publiques du Réseau électrique métropolitain (REM). On ne peut pas dire que le projet suscite beaucoup de soutiens inconditionnels dans les mémoires présentés au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), qui se déroulent cette semaine à Montréal. Jeudi, l’agglomération de Longueuil a déclaré que le processus de financement par captation foncière était «inéquitable» et «inacceptable». Ce processus de financement consiste à capter une partie des revenus issus des taxes foncières pour les nouveaux projets immobiliers construits le long du tracé, dans un rayon d’environ 15 minutes de marche. Comme ces immeubles auraient une valeur plus élevée, à cause de la proximité du train électrique, le promoteur du projet, la Caisse de dépôts et placements du Québec, espère pouvoir en récupérer une partie pour financer les 5,5G$ que coûte le projet. Longueuil estime que cette somme serait de 350M$, mais la Ville s’oppose à cette captation étant donné que les revenus fonciers sont la principale source de revenus des municipalités.

Lire sur le Journal Métro