Alexandre Shields / Le Devoir :

TransCanada a réussi à dicter ses conditions au gouvernement du Québec pour l’évaluation environnementale du pipeline Énergie Est, dénoncent des écologistes, qui critiquent le calendrier de réalisation et l’exclusion de l’enjeu des gaz à effet de serre. La pétrolière réplique que son projet n’augmentera pas la production de ces gaz responsables des bouleversements climatiques. S’il salue la décision de reprendre l’évaluation du BAPE en se basant sur une étude d’impact, le directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki, Karel Mayrand, estime que les délais « très serrés » ont été fixés pour répondre aux demandes de TransCanada, qui ne veut pas retarder la construction du pipeline.

Lire sur Le Devoir