Alexandre Shields / Le Devoir :

Malgré l’approbation cette semaine de deux importants projets de pipelines par le gouvernement Trudeau, TransCanada garde le cap. La construction du pipeline Énergie Est est toujours aussi importante, affirme la pétrolière.

« Les expéditeurs du pétrole continuent à appuyer la réalisation d’Énergie Est », a souligné jeudi le porte-parole de TransCanada, Tim Duboyce, en réponse aux questions du Devoir.

Même si le gouvernement fédéral a approuvé cette semaine la construction de deux pipelines, qui permettront d’exporter un million de barils de pétrole supplémentaires chaque jour, TransCanada estime que son pipeline vers la côte est doit être construit.

« Le projet conserve en fait toute son importance stratégique puisque le projet fera en sorte que les raffineries du Québec et du Nouveau-Brunswick n’auront plus besoin d’importer des centaines de milliers de barils de pétrole chaque jour, tout en améliorant l’accès du pétrole canadien aux marchés extérieurs », a fait valoir M. Duboyce, dans une réponse transmise par courriel.

Il a aussi réaffirmé le caractère « plus sécuritaire » du transport de pétrole par pipeline, comparativement au transport par train. Avec 1,1 million de barils de pétrole chaque jour, le projet Énergie Est équivaut quotidiennement à 1570 wagons de brut. Il serait toutefois techniquement impossible de faire circuler chaque jour autant de convois pétroliers sur le réseau ferroviaire actuel.

Tim Duboyce n’a par ailleurs pas été en mesure de préciser si l’étude d’impact préparée pour le gouvernement par TransCanada en vue du processus du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement était complète. « C’est au ministère [de l’Environnement du Québec] de déclarer quand il considère qu’elle est complète », a-t-il répondu.

Mercredi, le ministre de l’Environnement David Heurtel a simplement indiqué que « le travail d’analyse se poursuit. Lorsque l’étude d’impact sera jugée recevable, on passera à la prochaine étape de l’évaluation environnementale, qui est l’audience publique ».

Lire sur Le Devoir