Normand Mousseau, titulaire de la Chaire de recherche de l’Université de Montréal sur les matériaux complexes, l’énergie et les ressources naturelles. Il a aussi été coprésident de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec / Opinion, Le Soleil :

À moins de sortir de l’ENAP ou du programme de management à HEC, les structures de gestion suscitent rarement un intérêt intense. Pourtant, plus encore que les individus, les organisations bien pensées, les responsabilités distribuées correctement et les leviers construits avec soin font la différence entre les voeux pieux et les réalisations qui marquent leur époque. Voilà pourquoi le projet de loi déposé cette semaine par le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, et qui définit la structure de gestion de l’énergie qui permettra, ou non, d’atteindre les ambitieux objectifs annoncés il y a deux mois, avec en son centre Transition énergétique Québec (TEQ), vaut la peine qu’on s’y arrête.

Lire sur Le Soleil

Ajout : 

La Presse : La transition énergétique est lancée !

En quelques jours, plusieurs documents majeurs sur l’énergie au Québec ont été dévoilés : les projets de loi sur les véhicules zéro émission, sur la création du nouvel organisme Transition énergétique Québec et sur les hydrocarbures, ainsi que le plan stratégique d’Hydro-Québec. Ils pourraient marquer le Québec pendant longtemps : l’objectif majeur est en effet de réduire nos émissions de gaz à effet de serre (GES) du tiers d’ici 2030. De nos 10 tonnes de GES par personne, il faudra en couper 3 dans les 14 prochaines années. C’est un défi assez unique, qui n’a été réalisé ailleurs que dans des pays qui ont connu des bouleversements importants, comme la chute du communisme dans les années 90.