Annie Morin / Le Soleil :

(Québec) Le Québec prend son temps pour aller chercher les subventions mises à sa disposition pour le transport en commun par le gouvernement fédéral. À ce jour, seulement 173 des 923 millions $ disponibles ont été réclamés alors que d’autres provinces ont déjà fait le plein.

Infrastructure Canada détaille sur son site Web les montants réservés pour chaque province dans la phase 1 du Fonds pour les infrastructures du transport en commun (FITC) ainsi que la liste des projets approuvés et en cours de réalisation. Le Québec n’a même pas atteint 20 % de son objectif. Seulement cinq projets ont été confirmés à Montréal et un à Gatineau. Il n’y a rien pour Québec à ce jour.

Une note indique tout de même que des projets totalisant 519 millions $ d’aide sont en cours d’approbation au Conseil du Trésor du Canada, mais on ne sait pas s’ils concernent le FITC ou le Fonds pour l’eau potable et le traitement des eaux usées (FEPTEU). Le Québec a peu pigé dans cette enveloppe aussi: à peine 50 des 364 millions $ accessibles ont été attribués.

D’autres provinces comme l’Ontario, la Colombie-Britannique, l’Alberta, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse ont déjà dépensé la quasi-totalité des sommes que le fédéral leur destinait.

Lire sur Le Soleil

Transport en commun: Québec doit parler moins et subventionner plus, selon Labeaume

Annie Morin / Le Soleil :

(Québec) Tant le Réseau de transport de la capitale (RTC) que le maire de Québec enjoignent le gouvernement du Québec à investir davantage dans le transport en commun. Régis Labeaume s’attend à «beaucoup plus» qu’une indexation des budgets. «Il faut que les moyens suivent le discours», martèle-t-il.

«J’entends beaucoup de discours sur le développement, sur COP21 [conférence de Paris sur le climat], sur la diminution des gaz à effet de serre. C’est très gentil, très honorable, mais à un moment donné, il va falloir prendre des moyens. Au gouvernement fédéral, j’entends beaucoup parler de transport en commun, mais ils mettent l’argent sur la table, il faut quand même leur donner ça; au gouvernement du Québec, il va falloir qu’il se passe des choses aussi», a fait valoir le maire mercredi, en marge de l’étude du budget et des investissements du RTC en comité plénier.

Celui-ci a donné en exemple son administration, qui a coupé dans ses dépenses pour se donner une marge de manoeuvre. «Qu’il fasse pareil!» a lancé M. Labeaume en direction du gouvernement du Québec.

Lire sur Le Soleil