Denis Dufresne / La Tribune :

Rare bonne nouvelle : Ottawa devance de six mois le retrait des wagons-citernes DOT-111, en cause dans la tragédie de Lac-Mégantic, qui ne pourront plus transporter de pétrole à compter du 1er novembre prochain au pays. Mais cela ne change malheureusement rien au fait que les Canadiens comprennent de moins en moins pourquoi les règles élémentaires de sécurité ne semblent pas être respectées par les compagnes de chemins de fer alors que le transport de marchandises dangereuses par train, notamment le pétrole brut, est en progression depuis plus de 10 ans.

En fait, les mêmes questions reviennent constamment depuis la catastrophe de Lac-Mégantic : pourquoi y a-t-il encore des déraillements de convois pétroliers et autant de trains qui partent à la dérive? Et pourquoi Transports Canada ne fait-il pas mieux respecter ses règlements et normes? Une partie de la réponse tient sans doute au financement insuffisant des organismes de réglementation de Transports Canada et au laxisme dans la surveillance des compagnies de chemin de fer, particulièrement en ce qui a trait à l’application des Systèmes de gestion de la sécurité, comme l’avait soulevé le Vérificateur général du Canada, Michael Ferguson, en… 2014.

Bref, rien ou si peu, ne semble vraiment changer.

Lire sur La Tribune

La Tribune : DOT-111: «Le ministre Garneau ne fait que s’ajuster», dit la Coalition