La sphère / ICI Radio-Canada :

Si les nouvelles technologies peuvent réduire en partie les bouchons de circulation, elles ne peuvent certainement pas tout régler. La congestion routière est une caractéristique inévitable des villes vivantes, observe le professeur d’urbanisme Zachary Patterson. De nombreuses applications peuvent toutefois aider les citoyens à s’éviter une heure de pointe infernale, assure Marc-Antoine Ducas, président de l’entreprise Netlift.

« Il y a 4 millions de sièges libres dans toutes les voitures entre 6 h et 9 h le matin à Montréal. […] Les gens conduisent seuls pour des raisons logistiques. Ce que nous avons créé, c’est ce facteur d’intermodalité », explique Marc-Antoine Ducas. Son application Netlift jumelle des conducteurs et des passagers qui ont des segments de route en commun. Elle est également connectée aux horaires de métro et d’autobus pour offrir plus d’options à ses usagers.

Offrir plus d’options au citoyen
Marc-Antoine Ducas souligne que dans toutes les grandes villes du monde, à l’heure de pointe, le nombre de places disponibles dans les automobiles est plus grand que la population totale. Il rêve d’une application ou tous les types de transport seraient intégrés, permettant à un utilisateur qui rate son autobus de comparer quel service serait le plus rapide entre un taxi, un Bixi, ou encore Car2Go.

Écouter sur ICI Radio-Canada