Stéphanie Martin / Le Journal de Québec :

Le prochain budget fédéral sera décisif pour le financement du projet de SRB par Ottawa, croit le maire Régis Labeaume.

«Au prochain budget, la grande priorité sera le transport collectif au pays. L’idée, c’est de ne pas rater notre chance. Je connais mes collègues maires du Canada. Tout le monde a les dents longues. Si on passe notre tour là, on va passer notre tour pour une génération, je suis convaincu de ça.»

Le maire devait être présent à la rencontre hier entre les maires des grandes villes canadiennes et le premier ministre Justin Trudeau pour faire part des priorités de sa ville en vue du prochain budget.

Lire sur Le Journal de Québec

D’autres options que le tunnel

Taïeb Moalla / Le Journal de Québec :

Le professeur Bruno Massicotte, qui a évalué le coût de construction d’un tunnel reliant Lévis à Québec à 4 milliards $, estime que d’autres scénarios plus économiques doivent être évalués pour le troisième lien entre les deux rives.

M. Massicotte est sur la même longueur d’onde que Gilles Lehouillier qui a jugé possible de faire baisser la facture du mégaprojet.

«On a étudié l’option du tunnel, parce que c’est la même qui a été étudiée dans les années passées. Mais c’est la solution la plus difficile. Il y a probablement d’autres solutions plus optimales. Notre recommandation est de regarder les besoins et les autres options», a rappelé M. Massicotte.

Moins cher un pont

Jeudi, le maire Lehouillier a justement ramené au-devant de la scène l’hypothèse d’une combinaison pont-jetée et tunnel évoquée par l’ingénieur Jacques Huot au cours des derniers mois. Sans se prononcer spécifiquement sur cette idée, le professeur Massicotte a convenu qu’un pont est, par définition, «moins cher à construire et à entretenir» qu’un tunnel.

Lire sur Le Journal de Québec

Pas si simple de revoir la tête des ponts, dit Lessard

Annie Morin / Le Soleil :

(Québec) Si c’était facile de repenser la configuration de la tête des ponts pour que la circulation soit plus fluide, le dossier serait déjà réglé, a plaidé vendredi le ministre des Transports, Laurent Lessard.

«Le réaménagement de la tête des ponts, si c’était si simple, ils [ses prédécesseurs] l’auraient fait avant moi. C’est quelque chose qui n’est pas simple. Deux ponts, ça mène nécessairement à des autoroutes, pis à des contraintes physiques, pis des propriétaires, pis des voies ferrées, pis des hôtels. On rentre dans du bâti, donc les aménagements souhaitables sont peut-être plus difficiles. Sinon, ils n’auraient pas attendu six ans que j’arrive, pis que je règle de quoi», a réagi vendredi le ministre Lessard, disant comprendre la «frustration» du maire de Québec.

Les deux hommes prenaient la parole au dîner de clôture de l’Association des constructeurs de routes et de grands travaux du Québec, après une semaine de ping-pong médiatique sur les dossiers de transport régionaux.

Lire sur Le Soleil