Bruno Bisson / La Presse :

Un travailleur québécois sur quatre serait prêt à accepter une baisse de salaire en échange d’une diminution sensible de ses temps de déplacement quotidiens entre la maison et le travail, selon un sondage réalisé le mois dernier. Le sondage, commandé à la firme CROP par l’Ordre professionnel des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA), révèle de plus que dans l’île de Montréal, plus du tiers des salariés (35 %) sont excédés par la congestion des routes au point d’être prêts à sacrifier entre 1000 et 10 000 $ de salaire par année si cela a pour résultat de diminuer leur temps de transport. Les jeunes travailleurs, âgés de 18 à 34 ans, seraient les plus susceptibles d’accepter une perte de salaire en retour de conditions de circulation plus favorables, selon le sondage, qui évalue à une personne sur trois (33 %), dans ce groupe d’âge, le nombre des répondants disposés à faire moins d’argent pour gagner un peu de temps.

Lire sur La Presse

Sondage: les travailleurs québécois durement affectés par les chantiers

TVA Nouvelles :

Les résultats illustrent notamment que les travailleurs ressentent davantage de stress, d’irritabilité et de fatigue en raison des chantiers routiers pour se rendre à leur lieu de travail. Chez les gestionnaires, ceux-ci ont confirmé dans une proportion de 78,3 % que les travaux routiers sur les routes du Québec ont un impact sur les ressources humaines de leur entreprise. D’ailleurs, dans la dernière année, la congestion routière due aux chantiers a occasionné des retards chez leurs employés: 30,6 % des répondants ont estimé que cela se produisait «très souvent» et 51,9 % «occasionnellement». Une majorité de 51,4 % de gestionnaires ont estimé le temps de retard de 15 à 30 minutes le retard de leurs employés dans pareils cas.

Lire sur TVA Nouvelles