Camille Gaior / Le Journal de Montréal :

Le taux de particules fines autour de l’échangeur Turcot a été anormalement élevé à 10 reprises depuis le début de l’année, a appris le24 Heures. «C’est indécent, on devrait informer les populations dès qu’on les obtient les résultats, et non avec plusieurs mois de retard. Ce délai n’est pas légitiment et éthiquement acceptable», lance Joseph Zayed, toxicologue à l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en Sécurité du travail (IRSST). Depuis janvier, le taux de particules fines a dépassé la norme fixée à 30 µg/m3 à 10 reprises, la grande majorité de ces dépassements ayant été enregistrés entre mai et juillet dernier.

Lire sur Le Journal de Montréal

Ajout :

Qualité de l’air au chantier Turcot: «Très faible risque sur la santé», selon la santé publique