Pierre-Olivier Pineau, professeur titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie, HEC Montréal / Opinion, La Presse :

Note écoQuébec Info : La Chaire de gestion du secteur de l’énergie est financée par des entreprises qui œuvrent dans le domaine des hydrocarbures, dont la compagnie de pipelines Enbridge.

Avec le feu vert provisoire donné par Trump au projet Keystone XL de TransCanada, les pipelines reviennent dans l’actualité. Rappelons quelques faits : l’Ouest canadien (surtout l’Alberta, mais aussi la Saskatchewan) produit environ 4 millions de barils de pétrole par jour, dont 3 millions sont issus des sables bitumineux. Le reste est du pétrole conventionnel, mais cette production est en déclin, comme c’est le cas à peu près partout dans le monde.

Des 4 millions de barils produits quotidiennement, 2 millions sont exportés vers les États-Unis, à travers différents pipelines existants. Le réseau actuel est aujourd’hui utilisé quasi à son maximum, mais la production de pétrole dans l’Ouest devrait augmenter de 1,5 million de barils par jour d’ici 2030 – malgré les bas prix du pétrole qu’on a connus ces dernières années.

C’est donc non seulement pour permettre à cette production de sortir de l’Alberta que des projets de pipelines sont mis de l’avant, mais aussi pour permettre aux producteurs d’avoir plus de choix de destinations dans leurs négociations avec des acheteurs.

Lire sur La Presse