Pierre-Olivier Fortin / Le Journal de Québec :

La construction d’un troisième lien entre Québec et Lévis aurait le potentiel de bouleverser l’équilibre économique dans la région, beaucoup plus que de soulager la congestion routière à long terme, selon deux experts consultés par Le Journal. Voici pourquoi. À titre de comparaison, «il suffit de constater l’impact que l’implantation du pont Pierre-Laporte, au début des années 1970, a exercé sur le développement de Sainte-Foy et de sa périphérie», explique le spécialiste des marchés immobiliers et professeur à l’Université Laval François Des Rosiers. Son «expansion très forte» a fait de Québec la «ville bipolaire» qu’on connaît aujourd’hui. (…)

Soulagement de la congestion, seulement à court terme

Vrai qu’un troisième lien éviterait de longs détours aux camions et aux voitures, qui n’auraient plus à faire un détour de 30 kilomètres pour traverser du centre-ville de Québec à celui de Lévis, par exemple. Cela pourrait «soulager» le réseau routier, particulièrement dans le secteur Ouest, mais seulement à «court terme», prévient Mme Vandersmissen. En effet, la plus grande part du trafic sur le nouveau lien serait formé de navetteurs qui travaillent sur une rive et demeurent sur l’autre, indique la professeure. Et avec tout le développement résidentiel qu’amènerait le troisième lien, ses navetteurs seront toujours plus nombreux.

Lire sur Le Journal de Québec