François Pouliot / Les affaires :

e dévoilement de l’étude sur les coûts de construction d’un tunnel sous-fluvial entre la capitale et Lévis vient presque assurément de mettre le clou dans le cercueil du projet d’un troisième lien entre Québec et Lévis. Y a-t-il une option? Il en coûterait 4 G$ pour construire le tunnel et environ 10 M$ par année en entretien (un chiffre qui semble actualisé), révèle une étude du professeur ingénieur Bruno Massicotte. (…)

Le chiffre n’est pas sûr à 100%, mais il passe apparemment autour de 30 000 véhicules par jour sur le vieux pont de Québec. Prenons l’ensemble de ce trafic et amenons-le dans le tunnel. Sur 365 jours, c’est 10,9 millions de véhicules. À 2$ du passage (ce qui veut dire 4$ pour un utilisateur qui fait l’aller-retour), ce sont des revenus d’un peu plus de 20 M$. Rappelons qu’à eux seuls les frais d’exploitation annuels du tunnel seraient de 10 M$. Ce qui laisse une contribution de 10 M$ par année pour amortir le coût de construction de 4 G$. On peut doubler, ou même tripler ce chiffre, le constat est que la contribution ne vient pas réellement diminuer le coût de construction dans le temps.

Constat?

Un scénario de pont n’offrant pas d’économies sur le projet de tunnel, on voit mal quelles sont les options. Il pourrait cependant être intéressant de calculer combien coûterait en construction et en exploitation un système qui ajouterait une voie réservée au transport collectif sur la 20 entre Québec et Lévis, et l’établissement d’un certain nombre de stationnements incitatifs. Ce système ferait éventuellement connexion avec un système ferroviaire qui utiliserait les rails du CN sur le vieux pont de Québec. À titre comparatif, du moins pour la construction de la voie réservée, le prolongement de l’autoroute de la Beauce jusqu’à Saint-Georges a coûté 500 M$.

Lire sur Les affaires