Stop Oléoduc Capitale-Nationale / Québec Hebdo :

Force est de constater, par les temps qui courent, que le premier ministre Justin Trudeau a complètement capitulé face aux pressions des pétrolières.

Muni d’un plan climat digne de ce nom, le gouvernement libéral, de la bouche même de son premier ministre, entendait ouvrir une nouvelle ère dans la lutte aux changements climatiques. Le plan rendrait possibles à la fois une croissance économique durable, la mise en place d’entreprises canadiennes de nouvelles technologies, une stratégie d’électrification des transports et la mise en place d’un mécanisme de reddition de compte quant à aux engagements internationaux du Canada en matière de réduction des gaz à effet de serre.

Phrases creuses et écran de fumée puisqu’ en décembre, Justin Trudeau approuve la construction du pipeline Kinder Morgan qui acheminera chaque jour 890 000 barils de pétrole des sables bitumineux de l’Alberta jusqu’à la Colombie-Britannique, occasionnant l’ajout de 400 navires pétroliers par année sur la côte du Pacifique. Du même élan, Trudeau donne son feu vert à la construction du projet d’Enbridge entre l’Alberta et le Wisconsin. Enfin, le 24 janvier dernier, le premier ministre se réjouit de la décision de Donald Trump de renverser la position du président Obama et de permettre la construction de l’oléoduc Keystone XL.

Lire sur le Québec Hebdo