La Presse canadienne :

HOUSTON – Le premier ministre Justin Trudeau se trouve au coeur du secteur pétrolier américain, au Texas, pour promouvoir l’investissement dans l’exploitation des ressources naturelles canadiennes, alors même que son gouvernement libéral prépare le pays pour un avenir sans carburants fossiles.

À lire aussi : Gagner l’appui des pétrolières pour amadouer le président Trump

«Rien n’est plus important à l’économie américaine que l’accès à une source d’énergie fiable et sécuritaire», a déclaré M. Trudeau, jeudi soir, à Houston, durant un discours d’ouverture d’une conférence réunissant des politiciens et des dirigeants du secteur énergétique.

«Le Canada est cette source», a-t-il poursuivi.

Le premier ministre a fait valoir la relation entre l’exploitation des ressources et la protection de l’environnement, un message qu’il a aussi livré aux Canadiens — incluant à ceux qui ont encore des souvenirs amers du programme énergétique national de son père, Pierre Elliott Trudeau, mis en vigueur dans les années 1980.

Lire sur Les Affaires

Les pétroliers récompensent Trudeau, Greenpeace en colère

AFP :

Greenpeace a critiqué jeudi la présence de Justin Trudeau à une conférence internationale à Houston (Texas), où les grandes compagnies pétrolières lui ont décerné un prix pour son engagement pour l’environnement.

«C’est édifiant!», s’est exclamé Patrick Bonin, responsable de la campagne climat pour Greenpeace.

Le premier ministre Trudeau a reçu le prix du «leadership mondial en matière d’énergie et d’environnement pour souligner son engagement envers la durabilité énergétique et environnementale», ont indiqué les services du chef du gouvernement canadien.

Ce prix «n’a aucune valeur écologique» mais il met en exergue la «dichotomie» du gouvernement Trudeau sur les questions environnementales, a indiqué à l’AFP Patrick Bonin.
Le premier ministre est critiqué pour son appui aux compagnies pétrolières, afin d’aider la croissance économique, tout en défendant une politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Lire sur Le Journal de Montréal