AFP :

Le président désigné a choisi un « ami de la Chine » comme ambassadeur à Pékin et ajoute un ex-général à son cabinet

Le président désigné Donald Trump a retenu Scott Pruitt, ministre de la Justice de l’Oklahoma et proche de l’industrie des énergies fossiles, pour diriger l’Agence de protection de l’environnement (EPA), selon des médias citant un responsable de son équipe de transition mercredi.

M. Pruitt, 48 ans, un républicain, a passé l’essentiel de son temps comme ministre de la Justice à se battre contre l’agence à la tête de laquelle il vient d’être nommé. Il a ainsi mené une bataille judiciaire contre les mesures réglementaires du président Barack Obama, mises en oeuvre par l’EPA, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des centrales électriques au charbon.

M. Trump a promis durant sa campagne de défaire les lois et réglementations pour la protection de l’environnement et la lutte contre le réchauffement climatique, accusant M. Obama d’avoir déclaré la guerre au charbon, un sujet électoral sensible dans plusieurs États.

Il avait ainsi indiqué son intention de retirer les États-Unis, deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre après la Chine, de l’accord de Paris sur le climat signé fin 2015 par 192 pays.

Il a toutefois semblé modérer quelque peu ses positions une fois élu, disant au New York Times qu’il gardait un esprit ouvert sur le sujet.

Sous l’impulsion de Scott Pruitt, 28 États ont entamé une action en justice contre les réglementations de l’EPA pour réduire les émissions des centrales électriques au charbon.

Lire sur Le Devoir

Trump installe un climatosceptique à la tête de l’Agence de protection de l’environnement

Reuters :

(…) Le choix de Scott Pruitt ne manquera pas de consterner les écologistes et, à l’inverse, de ravir les dirigeants de l’industrie pétrolière.

Il a mené des poursuites judiciaires sur beaucoup de fronts contre le plan climat de l’administration de Barack Obama, notamment contre le Clean Power Act, programme lancé par le président sortant pour faire en sorte que les centrales thermiques réduisent leurs émissions de CO2.

Dans un communiqué cité par l’équipe de transition, Scott Pruitt, qui a nié l’influence humaine sur le réchauffement climatique, dénonce « les directives inutiles de l’EPA ».

Il s’engage à diriger l’agence « de manière à faciliter à la fois la protection de l’environnement et la liberté d’agir des entreprises américaines ».

Lire sur ICI Radio-Canada