Pascal Lapointe / Agence Science-Presse :

Moins spectaculaires que ses décrets sur l’immigration, les attaques de Trump contre l’environnement n’en ont pas moins été nombreuses pendant ses 100 premiers jours. Et ce qui inquiète les environnementalistes, c’est que ça ne fait que commencer : un grand nombre de pions commencent tout doucement à avancer sur l’échiquier…

En campagne, il avait souvent attaqué les « ridicules règles environnementales » qui étaient selon lui une nuisance à l’emploi et à la croissance économique. Par voie de décrets présidentiels et de nominations à des postes-clefs, il s’est donc attaqué à certaines de ces règles. Dans certains cas, le geste est symbolique, dans d’autres, il est perçu, à tort ou à raison, comme le premier pas vers des changements susceptibles de faire des dégâts à l’échelle planétaire.

Parmi les gestes symboliques : le décret annulant les règles environnementales édictées sous Obama pour limiter la pollution des centrales au charbon. Le décret a toutes les chances de demeurer vide de sens : les emplois perdus dans le charbon l’ont été des décennies plus tôt, à cause de l’automatisation, et en 2017, les investisseurs américains ne sont plus intéressés par le charbon, parce que le gaz de schiste est plus rentable.

Mais d’autres gestes pourraient avoir une plus longue portée :

  • la réautorisation par décret des pipelines Keystone et Dakota Access ;
  • une loi votée au Congrès à majorité républicaine, qui renverse le règlement de l’ère Obama visant à limiter les déversements de charbon dans les cours d’eau ;
  • une autre loi, en février, qui renverse la règle qui obligeait les compagnies pétrolières à dévoiler les paiements reçus de gouvernements étrangers ;
  • et surtout, la nomination du climatosceptique Scott Pruitt, à la tête de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA). Pruitt dispose désormais de quatre années pour miner les normes de protection de l’air et de l’eau édictées pendant des décennies et pour éliminer des programmes qui ont fait leurs preuves, comme celui sur la protection des Grands Lacs.

Lire sur Agence Science-Presse

Radio-Canada : Le président de la COP23 appelle Trump à poursuivre sa lutte contre les changements climatiques