Alexandre Shields / Le Devoir :

Même s’il a en main le rapport du BAPE sur l’exploitation d’uranium depuis mai 2015, le gouvernement Couillard ne sait toujours pas ce qu’il entend faire avec cette filière controversée. Québec doit toutefois se défendre devant les tribunaux, puisque l’entreprise Ressources Strateco lui réclame 200 millions de dollars, jugeant que son projet minier a été bloqué illégalement.

C’est le gouvernement péquiste de Pauline Marois qui avait mandaté le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) en mars 2014 pour qu’il étudie l’ensemble des enjeux du développement de mines d’uranium au Québec.

Son rapport, remis au gouvernement en mai 2015, concluait qu’« il serait prématuré d’autoriser le développement de la filière uranifère au Québec ». Les commissaires y soulignaient notamment avoir constaté le manque d’acceptabilité sociale pour ce type de mine. Le BAPE estimait en outre que plusieurs incertitudes demeurent quant aux risques environnementaux de cette industrie, en insistant sur le problème de la gestion à très long terme posé par les déchets miniers radioactifs produits dès l’exploration.

L’Association de l’exploration minière du Québec et la Commission canadienne de sûreté nucléaire avaient réagi aux travaux du BAPE en critiquant sévèrement le rapport, jugeant notamment que celui-ci manquait « de fondement scientifique et de rigueur ».

Un rapport publié en 2014 par l’Institut national de la santé publique du Québec mettait toutefois en lumière « de nombreux risques, impacts et incertitudes » liés à l’exploitation d’uranium.

Lire sur Le Devoir

Ressources Strateco poursuit Québec

Hélène Baril / La Presse :

C’est le procès de l’année qui s’ouvre aujourd’hui à Québec.

Le tribunal entend la cause de Ressources Strateco, la petite société minière québécoise qui poursuit le gouvernement du Québec pour avoir stoppé son projet de mine d’uranium parvenu au dernier stade de son développement. L’entreprise veut récupérer l’argent qu’elle a investi, plus les intérêts et des dommages exemplaires, soit au total 200 millions.

Le dénouement de cette triste histoire qui a commencé en 2005 permettra de savoir jusqu’où vont les pouvoirs d’un gouvernement et où s’arrêtent les droits des entreprises.

LA STAR DU PLAN NORD

Strateco a dépensé 147 millions et obtenu tous les permis nécessaires à la réalisation du projet Matoush, mine d’uranium qui aurait vu le jour dans la municipalité de la Baie-James, à 275 kilomètres au nord-est de Chibougamau. Le projet est célébré par le gouvernement de Jean Charest, qui fait la promotion du Plan Nord, sa grande stratégie de développement économique.

Lire sur La Presse