Marco Fortier / Le Devoir :

L’ambitieux projet d’exporter plus de 1090 mégawatts supplémentaires d’hydroélectricité du Québec vers le Nord-Est des États-Unis se heurte à une campagne sans précédent des producteurs d’énergie de la Nouvelle-Angleterre, qui disent craindre de perdre 30 % de leur marché. La New England Power Generators Association (NEPGA), qui représente 100 centrales produisant 84 % de l’électricité dans la région, se bat bec et ongles contre la présence accrue d’Hydro-Québec dans ce marché extrêmement lucratif.

Lire sur Le Devoir