Louis Tremblay / Le Quotidien :

Alexandre Cloutier dénonce que le gouvernement autorise Rio Tinto «à transgresser l’esprit de la loi sur la nationalisation de l’électricité» lorsque l’entreprise vend pour 25 millions$ d’électricité à Hydro-Québec. Selon le député de Lac-Saint-Jean, la société d’État nage dans les surplus et n’a aucunement besoin de cette énergie.

M. Cloutier digère mal que «les Québécois sortent 25 M$ de leur poche pour enrichir Rio Tinto alors que la multinationale travaille à la réduction des emplois dans la région au lieu d’en créer comme elle devrait le faire». Le député rappelle que René Lévesque a accordé un statut particulier à certaines entreprises lors de la nationalisation pour favoriser la création d’emplois au Québec et non pour leur permettre de vendre de l’électricité.

«Quand René Lévesque a procédé à la nationalisation de l’électricité, il a permis à Alcan de conserver son réseau hydroélectrique uniquement pour la production d’aluminium. L’objectif était de créer des emplois au Québec. Aujourd’hui, la même logique s’applique et il y a des ententes avec le gouvernement du Québec pour des projets d’expansion à Alma et Jonquière. Au lieu de faire respecter les ententes, le gouvernement accepte qu’il y ait une vente des surplus d’électricité à Hydro-Québec qui n’a aucun besoin d’électricité», poursuit Alexandre Cloutier.

Lire sur Le Quotidien