Evelyne Côté / ICI Radio-Canada :

Le chef de la communauté innue de Mingan, Jean-Charles Piétacho, était à Standing Rock lorsqu’il a appris avec stupéfaction que l’armée américaine rejetait le tracé controversé du projet d’oléoduc Dakota Access. « Sur le coup, je ne comprenais pas », raconte-t-il.

Le chef innu est allé à quelques reprises manifester aux côtés des opposants sioux de Standing Rock, au Dakota du Nord. Il se dit ému de ce revirement de situation.

Les gens criaient, tapaient des mains. J’ai compris que c’était un moment historique qu’on était en train de vivre.
– Jean-Charles Piétacho, chef de la communauté innue de Mingan

Il précise que les gens continuent d’affluer sur le camp Oceti Sakowin, situé sur le territoire de la communauté sioux de Standing Rock, pour manifester leur joie.

Lire sur ICI Radio-Canada

Standing Rock: le tracé du pipeline rejeté, victoire des opposants (VIDÉO)

(…) Le constructeur Energy Transfers Partners s’est déjà montré réticent à modifier le tracé du projet. Il n’a pas voulu commenter, pour l’instant, la décision de l’armée.

Par ailleurs, le gouvernement américain a ordonné aux occupants de lever leur principal campement situé sur un terrain appartenant au génie de l’armée. Les manifestants rétorquent qu’ils sont prêts à demeurer sur place. Les autorités ont déjà indiqué qu’elles n’emploieraient pas la force pour les faire partir.

Ce projet a suscité une levée de boucliers chez les Premières Nations de la région et les écologistes.

Voir sur Le Huffington Post

Victoire à Standing Rock : les manifestants toujours sur le pied de guerre

ICI Radio-Canada avec AP :

Même si le corps des ingénieurs de l’armée américaine a annoncé dimanche qu’il n’accordera pas de servitude au projet d’oléoduc controversé Dakota Access au Dakota du Nord, de nombreux manifestants rétorquent qu’ils veulent demeurer sur place.

La décision de l’armée représente une victoire pour les milliers de personnes qui occupent depuis des mois les terres que devait traverser l’oléoduc. Les opposants au projet du constructeur Energy Transfer Partners soutiennent que celui-ci menace des sources d’approvisionnement en eau et des sites culturels.

Toujours est-il que certains occupants du camp principal Oceti Sakowin s’affairent à construire des locaux plus permanents afin de pouvoir passer l’hiver sur le terrain contesté.

Lire sur ICI Radio-Canada