AFP :

Une exploitation viticole biologique crée 1,5 fois plus d’emplois qu’une exploitation non bio, selon une étude présentée mardi au 25e millésime bio, le plus grand salon de vins bio du monde qui se tient pour la première fois à Marseille.

Ces emplois sont aussi plus stables que pour la viticulture non biologique: 34,6% des exploitations bio emploient un ou plusieurs salariés permanents contre 21,6% pour les exploitations non bio, selon l’enquête «le bio c’est bon pour l’emploi» réalisée par UMR Moisa (Supagro Montpellier/Inra). 71,49% des emplois sont à temps complet dans les exploitations bio contre 66,83% dans le non bio.

Les emplois sont aussi plus qualifiés. «Le bio demande 50% de main-d’oeuvre en plus, des personnes plus qualifiées et plus jeunes» que dans les exploitations traditionnelles, a indiqué à l’AFP Patrick Guiraud, président de l’association Sudvinbio organisatrice du salon. «Ce sont souvent des bac + 2», les cadres et techniciens y représentent 17,81 % contre 11,6% selon l’étude. La viticulture biologique attire aussi les femmes. «Beaucoup s’intéressent au bio et deviennent productrices», précise M. Guiraud.

Lire sur La Presse

Un pionnier du lait bio vend ses vaches

Martin Ménard / La Terre de Chez nous :

Gilbert Halde travaille à l’étable ce matin, non pas pour nourrir ses vaches, mais plutôt pour désassembler la structure du réservoir à lait. Le démantèlement des stalles suivra. Le troupeau vient d’être vendu et c’est ainsi que prend fin l’histoire de la dernière ferme laitière biologique de la Montérégie-Est.

« On avait des investissements à faire pour respecter la nouvelle norme biologique et on n’avait pas de relève. De plus, notre employé nous a annoncé qu’il ne reviendrait pas. Alors on s’est dit que le temps était venu de vendre », explique Gilbert Halde, copropriétaire.

Un rêve qui part

Le silence dans l’étable et les lumières éteintes, le soir, crée tout un changement dans la ferme. C’est la première fois depuis 71 ans qu’il n’y a pas de vaches dans cette entreprise familiale située sur la berge de la rivière Richelieu, près du mont Saint-Hilaire.

Lire sur La Terre de chez nous