Marco Fortier / Le Devoir :

Quatre des cinq candidats à la chefferie du Parti québécois (PQ) s’opposent à l’exploitation du pétrole à l’île d’Anticosti. Il s’agit d’un virage par rapport à l’hiver 2014, quand le gouvernement péquiste de Pauline Marois avait signé une entente forçant Québec à investir dans l’exploration pétrolière dans l’île. (…) Les cinq candidats à la chefferie du parti ont été interrogés sur l’exploration et l’exploitation du pétrole à Anticosti. Quatre des aspirants-chefs ont dit être contre l’exploitation pétrolière. Seul le député Jean-François Lisée a refusé de répondre. Il fera connaître sa position à ce sujet dans les prochaines semaines. (…) Véronique Hivon, Martine Ouellet et Paul St-Pierre Plamondon ont précisé qu’ils sont contre l’exploitation du pétrole non seulement à Anticosti, mais où que ce soit au Québec. « On creuse un peu notre tombe en parlant de pipelines et d’augmentation du transport ferroviaire avec du pétrole dans les wagons. Tout ça n’aide pas l’économie du Québec, et en plus on augmente les risques pour la population », a dit M. Plamondon.