Étienne Leblanc / ICI Radio-Canada :

Il se laisse volontairement surnommer le « pape du vélo urbain ». Fondateur du cabinet d’urbanisme Copenhagenize – connu pour son fameux classement des meilleures villes cyclables au monde -, le Danois Mikael Colville-Andersen parcourt la planète pour conseiller les villes qui veulent améliorer leurs infrastructures cyclables. Rencontre avec celui qui était à Montréal lorsque le maire Denis Coderre a annoncé sa nouvelle stratégie de sécurité routière.

Q : Que pensez-vous de la stratégie Vision Zéro, élaborée en Suède en 1979, que Montréal promet de mettre en place au cours des prochaines années?

R : Je ne connais aucune ville d’Amérique du Nord qui puisse se vanter d’avoir mis en place avec succès la stratégie Vision Zéro. Tout le monde en parle, c’est un concept à la mode chez les politiciens. Mais aucun d’entre eux ne le comprend tel que les Suédois voulaient qu’il soit compris. Vision Zéro ne se résume pas à une conférence de presse, une campagne de marketing, des affiches et un site Internet, tout ça accompagné par ce que j’appelle de l’« acupuncture urbaine ». C’est-à-dire une petite intervention ici, un petit changement là, en maintenant les coûts le plus bas possible. Vision Zéro, c’est une transformation totale du paradigme de la circulation automobile en ville.

L’idée, c’est de renverser complètement un mode de planification urbaine vieux de 60-70 ans, qui a donné toute la place à la voiture. Mais je ne vois aucune ville nord-américaine, y compris Montréal, prendre cette voie. Ce n’est qu’une campagne de marketing.

Lire sur ICI Radio-Canada