Caroline Montpetit / Le Devoir :

Le maire John Pineault songe à consulter les 216 habitants de l’île sur le pétrole cet hiver

Le maire d’Anticosti, John Pineault, songe à tenir un référendum cet hiver auprès des habitants de l’île, au sujet des projets pétroliers. M. Pineault pense faire ce référendum en hiver parce que c’est la période de l’année au cours de laquelle le plus d’habitants d’Anticosti sont au village. En effet, durant l’été, la plupart des travailleurs sont disséminés sur le vaste territoire de l’île. L’île d’Anticosti compte quelque 216 habitants permanents, qui vivent principalement dans le village de Port-Menier, autour du magasin général L’accommodeur Malouin, de la coopérative du marché d’alimentation et de l’hôtel de ville. Pour l’instant, le maire estime qu’environ 70 % des habitants d’Anticosti s’opposent au projet de prospection de pétrole par fracturation sur l’île, contre environ 30 % qui sont pour. (…) Le maire John Pineault donne l’exemple de Fort McMurray, cette ville pétrolière de l’Alberta décrite en des termes durs par l’écrivaine canadienne Nancy Houston : une ville où on trouve principalement des travailleurs seuls, que suit une cohorte d’agences d’escorte. « Je ne veux pas d’un autre Fort McMurray à Anticosti », dit John Pineault.

Lire sur Le Devoir