Alexandre Shields / Le Devoir :

Le gouvernement Trudeau juge que la protection des milieux marins est compatible avec l’exploitation d’énergies fossiles. Selon ce qu’a constaté Le Devoir, il compte en effet permettre l’exploration pétrolière et gazière dans la future zone de protection marine du chenal Laurentien, qui sera la plus vaste du genre au Canada. Cet écosystème exceptionnel, situé à l’entrée du golfe du Saint-Laurent, abrite plusieurs espèces menacées.

Le « site d’intérêt » du chenal Laurentien, identifié par Pêches et Océans Canada pour devenir une zone de protection marine (ZPM), couvre une superficie de plus de 11 600 km2. Il est situé au sud de l’île de Terre-Neuve, au coeur d’une vallée sous-marine reconnue par le gouvernement comme « une zone d’importance écologique et biologique ». Il constitue notamment un habitat crucial pour plusieurs espèces de poissons, mais aussi « une voie de migration essentielle » pour les mammifères marins qui entrent et sortent du golfe du Saint-Laurent.

(…)

Si le pipeline Énergie Est est construit, la navigation de pétroliers devrait aussi augmenter dans l’est du pays, puisque le pétrole sera en bonne partie exporté à partir du port de St-John, au Nouveau-Brunswick. TransCanada cherche aussi à construire un deuxième port d’exportation, possiblement au Québec.

Par ailleurs, sur le Saint-Laurent, le transport de pétrole brut entre Montréal et Québec a augmenté depuis l’inversion du flux du pipeline 9B, d’Enbridge. Celui-ci transporte du pétrole de l’Ouest jusqu’à Montréal, où il est chargé sur des pétroliers qui font la navette jusqu’à la raffinerie de Valero, située à Lévis.

Lire sur Le Devoir

Le Devoir : Ottawa interdira le transport de pétrole dans le nord de la Colombie-Britannique

La Presse : Ottawa veut interdire le passage des pétroliers dans le nord de la C.-B.

L’Aut’Journal : Motion à l’Assemblée nationale à propos du Pipeline Énergie est