ICI Radio-Canada :

Maude Montembeault / ICI Radio-Canada : 

Quatre des 21 municipalités régionales de comté (MRC) et villes du Québec qui se retrouvent sur le tracé du projet d’oléoduc Énergie Est de TransCanada seront absentes aux audiences de l’Office national de l’énergie (ONE). Deux des quatre municipalités qui ne souhaitent pas participer sont en Mauricie. Les MRC de Maskinongé et des Chenaux n’ont tout simplement pas fait de demandes pour participer aux audiences qui commencent le 8 août. Les deux autres MRC à contre-courant sont Portneuf et Montcalm, dans les Laurentides. En Mauricie, l’inaction des MRC est dénoncée, particulièrement dans Maskinongé, où des écologistes pressent depuis près d’un an les élus de s’impliquer dans le dossier.

Lire sur ICI Radio-Canada

Ajout : 

Oléoduc Énergie Est : des municipalités absentes, la MRC de Maskinongé réplique

ICI Radio-Canada :

Par voie de communiqué, la MRC réfute le fait que le rapport ait « été rédigé sur un coin de table », comme l’ont illustré des membres du Comité de vigilance hydrocarbure des municipalités de la MRC de Maskinongé (CVHMMM), affirmant plutôt avoir remis un mémoire de 105 pages et émis des « recommandations strictes ». Deux employées du service de l’aménagement de la MRC ont rédigé le rapport. « Je n’admets pas que l’on puisse remettre en question le travail de ces employées compétentes et qualifiées, dit le préfet Robert Lalonde. Ce n’est pas en rabaissant les autres qu’on peut faire valoir ses revendications, cela devient un débat personnel plutôt que sur les réels enjeux de ce projet et c’est déplorable. »

Lire sur ICI Radio-Canada

Une position de neutralité responsable

Robert Lalonde, préfet de la MRC de Maskinongé / Opinion, Le Nouvelliste :

À la suite de l’intervention du Comité de vigilance hydrocarbure des municipalités de la MRC de Maskinongé (CVHMMM) dans les médias, je tiens, au nom du conseil de la MRC de Maskinongé, à apporter les précisions suivantes quant à notre prise de position sur l’éventuel passage de l’oléoduc sur notre territoire et le dépôt de notre mémoire au Bureau des audiences publiques sur l’environnement. Nous avons pris en août 2015 une position de neutralité responsable à l’égard de ce projet. Cette position respecte la juridiction fédérale en ce domaine et nous nous sommes fait un devoir de faire connaître aux instances décisionnelles les particularités du territoire pour que toutes les précautions nécessaires soient prises si le projet se réalise.

11