Isabelle Porter / Le Devoir :

Québec et Lévis n’en sont pas à leur première mobilisation en faveur d’un 3e lien et d’un tunnel. Le sujet a fait l’objet d’au moins sept études depuis les années 1960, et l’hypothèse d’un tunnel sous le fleuve était déjà discutée à l’époque de Duplessis.

Au milieu des années 1990, le maire de Beaumont, Réal Lapierre, en avait fait son cheval de bataille. Il rêvait d’un tunnel de 7 kilomètres entre Lévis et Beauport et avait créé un « Comité sous-fluvial » pour en faire la promotion. En pleine récession, Québec se remettait alors de l’échec du projet olympique de 2002. M. Lapierre y voyait l’occasion de faire un « grand coup » et de « revitaliser l’économie déficiente de la région de Québec ». En 2000, une étude de Tecsult commandée par le groupe juge le projet faisable et estime son coût à 750 millions. On suggère de l’autofinancer avec le péage.

Lire sur Le Devoir